Photos

2019 01 01 pierre au jo 01Ah qu’elle fut bien belle cette journée anniversaire à Soléole ! On nous avait prédit une météo pluvieuse et orageuse… que nenni ! Tout était réuni pour que la fête soit belle ! Tout d’abord, Gilles nous a fait la lecture d’un extrait de la première réunion du bureau du CTM en 1934, sous la présidence de Louis Pauneau, puis le président y est allé de son petit discours reprenant les antériorités du club et les activités dont il est à l’origine (Création de l’école cyclo et d’une section VTT, manifestations de Thiaucourt, Bouconville…).

Henry Lemoine, maire de Pont-à-Mousson, qui nous avait fait l’honneur de sa présence, a rapporté l’importance de notre club à fédérer des acteurs pour transmettre la passion du vélo parmi les jeunes du bassin mussipontain. Les présidents du CODEP et du COREG ont également prononcé un petit speech. Puis les choses sérieuses ont commencé avec un apéro crémant-crème de mira-tartes flambées à tomber ! Ce n’était que le préambule. Se sont ensuivis un agneau et un jambon longuement cuits à la broche par le maître des lieux, Alban, et ses précieux assistants. Un accompagnement de légumes variés, de la salade de Landremont, du fromage de la Souleuvre et de Morey, du pain de Sainte-Geneviève, des desserts maison et notre vélo de choux étaient là aussi pour combler les ventres sur pattes que sont les cyclotouristes mussipontains ! Côté animation, les Hurteloups de Loisy ont agrémenté notre aprèsmidi en chansons. Les Hurteloups, c’est l’alliance d’une touche de sérieux, d’une bonne dose d’humour et d’un brin d’imagination partagés par une trentaine de choristes chantant des chansons francophones. La marque de fabrique des Hurteloups, c’est des chansons en langue française de toute époque et de tout style, un répertoire de chansons souvent engagées, drôles ou émouvantes, des arrangements polyphoniques à trois ou quatre voix et aussi des chansons chorégraphiées dans des spectacles. Un joli moment ! Après cela, pour se dégourdir les gambettes et faciliter la digestion, nous sommes monté jusqu’à Notre-Dame-de-la-Consolation, à quelques centaines de mètres de Soléole. Le premier monument fut érigé ici vraisemblablement au XVe siècle. Les habitants de Landremont avaient fait le voeu de dresser une statue si le village était épargné par la peste qui ravageait alors la région. Là, un superbe anorama sur la vallée de la Natagne s’étale sous nos yeux. En bas, se dressent les châteaux de Villers-lès-Prudhomme (dit du Pisse-au-Mur) et de Morey, la végétation nous masquant celui de Ville-au-Val. Nous retournons ensuite vers Soléole et tout en discutant envisageons de nous retrouver dans quinze ans pour fêter le centième de notre club !